Bénin

Afrique de l’Ouest : Les raisons de la course folle  de Boni Yayi  à travers le Bénin

Afrique de l’Ouest :

Les raisons de la course folle  de Boni Yayi  à travers le Bénin

Josiane Bonou

C’est à la pause du procès Icc Services en fin d’année 2018, que l’ancien président béninois, Boni Yayi, a rechargé sa batterie. Avant même la reprise du procès qui l’accablait, il a lancé le premier jour de la nouvelle année, un marathon  qui de Cotonou, va se poursuivre dans les autres villes. L’affaire Icc services fait courir Boni Yayi dans tout le Bénin, et l’ancien Chef d’Etat accablé à Porto Novo, recherche du soutien sur le terrain qui l’a aveuglé pendant dix ans ; le populisme. Il lui laissait croire que ses erreurs étaient des succès.

En réalité,  Boni Yayi qui a dirigé le Bénin pendant   10 années caractérisées par la mal gouvernance, avait promis un taux de croissance à deux chiffres aux béninois. A l’arrivée, va confirmer un économiste à Cotonou, sa gestion  sera émaillée de scandales et d’actes de prévarications  inégalables. Le plus grave, restera la rocambolesque arnaque Icc services, dont le  procès est en cours au Bénin, devant la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme.

Plusieurs déposants    à la barre les premiers jours du procès,   ont accusé Boni Yayi, d’être celui par qui le scandale est arrivé. Les débats ont permis à l’opinion publique de comprendre que le Chef de l’Etat béninois, était l’ami des promoteurs de Icc Services, qu’il avait reçus au audience privée au palais de la Marina à Cotonou. Il aurait même donné des instructions à certains de ses collaborateurs, afin que la structure puisse obtenir rapidement un agrément. Tout ceci en violation des recommandations de la Banque centrale qui alertait déjà le ministère de finances à Cotonou, au sujet  de  l’illégalité des activités de Icc Services.

La suite sera le scandale, favorisé par le silence coupable des autorités d’alors. Aujourd’hui la justice béninoise tente de situer les responsabilités, mais les ramifications politiques de cette affaire écœurent plus d’un. En effet,    les promoteurs non seulement  finançaient les    activités du Parti FCBE , mais irriguaient tout l’appareil d’Etat. Selon les révélations des officiers qui sont passés devant les juges, c’est  la présidence de la république qui dirigeait  les enquêtes. Une immixtion dangereuse de l’exécutif dans le judiciaire dénoncée par le Procureur Spécial Ulrich Togbonon.

C’est donc dans ce contexte que Boni Yayi a lancé une tournée dans tout le pays, privilégiant les villages et hameaux au début, afin de faire remonter dans l’opinion qu’il était aimé. C’est sa réponse au procès Icc  Services, selon un observateur de la vie politique au Bénin. Il souligne qu’après les deux malheureuses sorties des  avocats de Boni Yayi dont les menaces n’ont ébranlé personne, l’ancien Chef d’Etat était obligé de rentrer dans la bataille. C’est sans compter sur la détermination des déposants à la CRIET.

A la barre,  un cousin de Boni Yayi, demande même à la cour de faire venir l’ancien Président. Démarche absolue pour connaitre la vérité sur cette ténébreuse affaire qui a ruiné le peuple béninois en le laissant dans une détresse indescriptible à la veille des élections présidentielles de 2011.

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top