Actualités

Afrique/PolitiqueCabale contre le Bénin : Pour qui roule Amnesty international?

Afrique/Politique

Cabale contre le Bénin : Pour qui roule Amnesty international?

Depuis plusieurs jours déjà, le Gouvernement et le peuple béninois font visiblement l’objet d’une campagne de dénigrement dont la principale exécutante n’est rien d’autre que la presse française, notamment Rfi et France 24. Si les raisons de ce sabotage méthodique des efforts du régime en place pour remettre le pays sur les rails du développement demeurent à ce jour un mystère pour les analystes politiques, tout porte à croire que le lynchage médiatique du Bénin n’est pas prêt de s’arrêter. La dernière recrue pour tenter de déstabiliser le Gouvernement en place semble être l’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty international.
En effet, dans son rapport en date du 14 Mai 2019 sur les violences qui ont émaillé le dernier processus électoral, cette organisation a manifestement pris le parti des saccageurs et des pillards qui ont failli faire basculer le Bénin dans la violence. Pour Amnesty international, ces repris de justices et chasseurs munis de cocktails Molotov, de couteaux et d’autres armes dangereuses qui ont brûlé et saccagé des infrastructures publics et privés sont de véritables anges désarmés qui manifestaient pacifiquement. Le rapport n’est même pas loin de condamner l’Etat béninois qui a dû recourir à la force publique pour mettre en déroute les brûleurs.
Pire, le rapport ne dénonce nullement les appels à la violence de l’opposition, encore moins les exécutants et les commanditaires de ces exactions. Dans son rapport, qui ressemble à s’y méprendre à un violent réquisitoire contre le régime Talon, il est fait cas, sans apporter la moindre preuve du décès de quatre personnes qui seraient tuées par les forces de l’ordre. Difficilement il a pu présenter deux cas de décès dont un par balle. Mais visiblement, le ridicule ne tuant pas, Amnesty international est allé jusqu’à demander la levée du dispositif de sécurité autour de la résidence de l’ex-président Boni Yayi, accusé d’être l’instigateur de ces actes violences inédits au Bénin. Tout porte à croire cette organisation est devenue experte dans la maintien de l’ordre public.
Après la publication de ce ramassis d’incongruités, de légitimes doutes apparaissent sur la crédibilité de l’organisation. Amnesty international n’étant pas une entité ayant des intérêts politiques ou économiques au Bénin, pour qui roule-t-elle alors ?

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top