BENIN/ACTUALITÉ Point de vue d’Alain ADIHOU sur la révision de la constitution

329
0
Share:

BENIN/ACTUALITÉ

Point de vue d’Alain ADIHOU sur la révision de la constitution

Bernadin B. ANATO

La révision de la constitution a été au cœur de l’intervention d’Alain François ADIHOU, conseiller chargé des affaires politiques du parti FCDB, durant plus de 90 minutes sur l’émission « ma part de vérité » de Golf TV de ce 10 novembre 2019. Il a passé au peigne fin les différents points qui fâchent son parti.

<<On ne peut pas gérer un pays seulement sur la base du droit. Quand on le fait à outrance, ça devient du légalisme, du juridisme>>. Cette réforme constitutionnelle est vitale selon Alain ADIHOU car le Bénin est dans un contexte où tout le monde souhaite la correction des lois qui nous ont amené à ce niveau. La procédure est régulière mais le processus est biaisé.

En effet, pour le Professeur, la constitution est le socle de notre vie ensemble. Les étapes de sa modification n’ont pas pris en compte notre point de vue.

Il y a eu des vices de procédure de par la précipitation qu’ils ont confondu à la rapidité. << 2020 est impératif pour les élections communales mais juillet 2020 n’est pas impératif. Avant de passer au vote des lois, il faut nécessairement présenter les contenus à la population>>

L’invité n’a pas manqué d’exprimer sa joie par rapport à la création du poste de vice-président. Toutes fois , il se désole du fait que ce sujet n’ait pas été abordé durant le dialogue politique. <<Je parle là encore de la précipitation qui a dressé le lit à cette incongruité. L’insuffisance est qu’un nommé ne peut pas remplacer un élu>

Par ailleurs, de la ratification au parrainage des élections, Alain ADIHOU souhaite qu’il y ait un bon encadrement afin d’éviter les abus. << Le risque est que cela soit utilisé de façon discriminatoire un peu comme ce fut le cas pour le quitus fiscal>>. Il estime qu’il serait mieux de maintenir le quota de 10% pour les élections législatives. Pour lui, le parrainage ne doit pas être utilisé pour empêcher les potentiels candidats.

Pour finir, le chargé des affaires politiques du parti Force Cauri pour le Développement du Bénin a invité le peuple béninois à ne pas se sentir résigner par rapport à ce qui est fait. Même s’il aurait voulu les élections générales pour 2021,Il a demandé par la suite qu’il y ait une large concertation pour les projets de loi à venir afin de recueillir l’avis de tous.

Share:

Leave a reply