Actualités Bénin

Bénin / Chronique :Bepc record, plaisir partagé !

Bénin / Chronique :

Bepc record, plaisir partagé !

Angelo Dossoumou

Pas encore de résultats au Bepc 2019, mais avant, des exploits sautent à l’œil. Mieux que la réussite de l’organisation, c’est l’application stricte des nouvelles réformes qui met tout le monde d’accord. Si déjà elles ont permis d’arracher une année scolaire sans grève, de terminer les programmes dans le temps, de composer en mai notamment le 27 et d’innover avec un examen blanc au plan national suivi d’un bilan, personnellement, j’ai été agréablement surpris d’une célérité qui s’en va nous conduire à avoir le dénouement dudit examen dès le début de la semaine prochaine. Tenez ! Avec la nouvelle dynamique imprimée par les autorités éducatives, après les compositions, il n’y a pas eu de temps mort. Ainsi, au fur et à mesure que les corrections s’effectuent, le secrétariat travaille et tout ceci, dans une parfaite intelligence. Même la session des malades est arrivée plus tôt que d’habitude.
Dans ces conditions, comme avec la culture du coton, le monde éducatif ne peut qu’aller de surprise en surprise. Ce qui est sûr et certain, si en amont, les bonnes bases sont posées et respectées, il n’y a aucune raison, qu’à chaque niveau, les records ne s’enchaînent. Là, l’exemple du Bepc 2019 donne matière à réflexion. Car, j’imagine tout ce que le secteur éducatif béninois aurait pu capitaliser si la donne avait toujours été ainsi. Mais, de nos années scolaires tumultueuses doublées de la cupidité et de la paresse légendaire des cadres et des travailleurs, on en faisait des droits à honorer sans condition au détriment du devoir pour le développement de la Nation. Alors, sans doute, avec la pérennisation de ses nouvelles habitudes héritées de la gouvernance rupturienne, il va sans dire que le pays est bien parti pour décoller sur bon nombre de plans.
Partant de ce fait, les bienfaits découlant des réformes, spécifiquement dans le domaine de l’éducation, ne peuvent qu’être partagés. D’abord, c’est l’Etat qui a besoin des ressources humaines qualifiées qui est le premier bénéficiaire d’une positivité qui se manifeste dans les actes. Ensuite, ce sont les parents qui, en principe, doivent se réjouir d’un nouvel ordre dans le management des affaires scolaires qui leur enlève le maximum de soucis quant à l’avenir de leurs enfants. D’ailleurs, en ce qui les concerne, les plus méritants, auront le loisir, tout comme leurs enseignants, de vite profiter de leurs vacances.
Finalement, avec un pareil fonctionnement qui redonne à l’école tout son sens, il est clair qu’il ne saurait y avoir de perdant. Du moins, je ne vous apprends rien de nouveau sinon que vous garantir que : ‘‘Quand l’éducation est améliorée, de nombreux autres domaines sont positivement affectés. Mieux, elle a le pouvoir de rendre le monde meilleur’’. C’est dire donc qu’il n’est pas exagéré d’insister sur ces nouvelles réformes qui nous donnent à voir un ‘‘Bepc 2019 record’’ surtout qu’elles n’ont pas toujours été appliquées de gaieté de cœur.
En définitive, de l’image de l’école qui, cahin-caha, s’adapte à la vision imprimée de la Marina et fait des heureux, doivent s’inspirer les autres secteurs de l’économie nationale. Et pour cause, pour que le moteur du développement tourne à plein régime, la solidité de la chaîne des activités est indispensable. De toute façon, il est avéré que tout part de l’école. Et ce n’est point Henri Rolland de Villarceaux qui pense tout simplement que c’est le creuset où s’élabore l’avenir d’une génération qui dira le contraire. Alors, au-delà du Bepc 2019, mettons tout en œuvre pour que le plaisir reste largement partagé.

Related posts

Bénin/Chronique : Equation Horaires-Rendement !

adminbti

Opération caisses propres : Talon ne doit pas rebrousser chemin

adminbti

Bénin/PolitiqueCommunales de 2020 : Le Moéle-Bénin passe déjà à l’offensive !

Hermas

Leave a Comment