Sign in / Join

Bénin / Chronique : Enfin fichier anti-affinité !

76
0
Share:

Bénin / Chronique :

Enfin fichier anti-affinité !

Angelo Dossoumou

Du concret. Une promesse électorale tenue et les pages sombres des années de gouvernance hasardeuse du pays qui s’en vont lentement mais sûrement être tournées. Ce ne sont pas des incantations. C’est un pas qui certes a pris du temps mais qui se matérialise avec le fichier national d’admission des cadres aux emplois de la chaîne de dépenses publiques. Pour être plus précis, dans le cadre des réformes visant à dépolitiser l’administration publique et à mieux lutter contre la corruption, le gouvernement a préconisé l’institution d’une liste d’érudits en fonction de leur aptitude mais aussi de leur sens d’éthique. Ainsi, ce sont ceux-là qui, à l’issue du processus de recrutement, ont été reconnus bons et automatiquement disponibles pour être proposés à des postes sensibles notamment la Coordination des Projets et la direction de l’administration et des finances.
Dans cette optique, ils sont 57 cadres admis et enregistrés dans la première base de données. Plus intéressant, une deuxième phase de recrutement de cadres dans le fichier est annoncée avec l’engagement que de façon périodique, il y aura non seulement une évaluation de la compétence professionnelle et sur le plan éthique mais aussi un renforcement de capacités. Manifestement, si entre-temps, il n’y a pas un accident de parcours, les affinités politiques ne seront plus opérantes pour prétendre aux fonctions liées à la chaîne de dépenses publiques. Maintenant, il n’est jamais trop tard pour bien faire et au vu des enjeux, c’est ce qui importe.
Cependant, avec ce nouveau fichier, disons-nous qu’il y a un grand effort au plan politique mais ceci est loin de garantir totalement une gouvernance optimale au niveau des postes visées. Car, autant les formules naissent pour éviter la mauvaise gestion et la gabegie, autant à l’épreuve, on se rend compte, tôt ou tard, qu’il y a quelque part, une faille exploitable par des gens qui ont des esprits tordus. Cela suppose que le gouvernement en place a favorisé une avancée managériale de l’administration et des finances publiques mais, il est toujours préférable qu’après l’effectivité, on avise pour mieux faire.
De toute façon, il n’y a pas d’œuvre parfaite. En plus, l’homme est insondable et imprévisible et ce ne sont pas les admis au fichier de nomination à la chaîne de dépenses publiques qui feront exception à la règle. Alors attention, avant qu’ils n’aient fait leurs preuves et lever toutes les équivoques sur leurs capacités à opérer la révolution administrative souhaitée, ne leur donnons pas encore le bon Dieu sans confession. Il n’empêche qu’objectivement, l’option du fichier de nomination des cadres à des postes attractifs devrait, en principe, être la solution rêvée contre le laxisme, le clientélisme et la concussion. C’est pourquoi, le pas qui mène à l’effectivité de l’initiative de la Rupture doit être vite franchi.
En définitive, et quoi qu’il en soit, il est souhaitable que la réforme visant à mettre définitivement entre parenthèses la politisation de l’administration, continue d’être mûrie. Au fond, la confiance n’exclut pas le contrôle et les bonnes intentions sans un bon suivi peuvent aussi conduire aux drames affreux. Et donc dans l’intérêt du développement de notre Nation, il est préférable de ne pas s’arrêter en si bon chemin afin de rendre irréprochable un fichier prometteur. De toute manière, tous les Béninois ont intérêt à s’inscrire, une fois pour de bon, dans la dynamique de « qui n’avance pas recule ». Alors, vivement que le fichier des cadres à nommer apporte à la gouvernance du pays, ce plus qui lui manquait.

Share:

Leave a reply