Sign in / Join

Bénin / Chronique : Etat civil version numérique !

18
0
Share:

Bénin / Chronique :

Etat civil version numérique !

Angelo Dossoumou

C’était une excitante annonce des gouvernants, c’est désormais une évidence. Et pour cause, plus proche est la ligne d’arrivée qui nous sépare de la dématérialisation de l’état civil. Pour être plus précis, plus de paperasse, de risque de perte et de détérioration de souche et adieu les tracasseries. Du moins, après le Ravip, le Projet de reconstitution des actes de naissance sans souche, cap a été mis sur l’inventaire de tous les registres d’état civil conservés dans les unités administratives. A cet effet, du 7 au 12 octobre prochains, une équipe d’inventoristes est sur le terrain pour évaluer l’immensité du travail à abattre. Toujours est-il que la finalité de cette opération, c’est la phase de numérisation des différentes données stockées dans les unités administratives et l’entrée triomphante du Bénin dans le rang des pays disposant un état civil fiable, sécurisé et moderne.
D’ailleurs, depuis fort longtemps, cette réforme qui vise à dématérialiser toutes les archives de l’état civil a été l’une des priorités du gouvernement. Alors, plus dans le processus de concrétisation, les étapes sont franchies, plus on a vraiment hâte d’y être. De toute façon, avec des mairies et arrondissements qui n’offrent pas toutes les garanties de sécurité aux souches conservées, si les gouvernants actuels n’avaient pas pensé à cette solution, il fallait les y inciter. Car, il va sans dire que les bénéfices de la dématérialisation de l’état civil rejailliront non seulement sur toutes les populations mais aussi, permettrons de dégager de l’espace dans nos mairies qui en ont sûrement besoin.
Parlant toujours d’avantages découlant de cette ambition affichée par la Rupture, il est à noter qu’avec la numérisation du registre de l’état civil, ce serait très facile d’obtenir l’interconnexion entre les différentes mairies et les tribunaux et vice-versa. Conséquence, même en étant né dans le Bénin profond, grâce à un clic, on peut se faire établir une carte d’identité ou un passeport sans oublier les vérifications des statuts matrimoniaux. Tout simplement, il sera question de la fin de l’archaïsme et de l’avènement du modernisme avec en retour, une bonne dose de fiabilité et de célérité.
Par ailleurs, cette numérisation du registre de l’état civil aura certainement une incidence positive sur les bourses des demandeurs des services administratifs. A priori, c’est une réforme qui nous épargnera des légalisations à n’en point finir ou des audiences au tribunal pour régulariser un acte de naissance et qui débouchent sur des dépenses exorbitantes. Du coup, s’il était possible que le processus de dématérialisation de l’état civil aille plus vite, aucun Béninois ne boudera son plaisir : celui d’être définitivement rassuré que des vandales ou des intempéries ne peuvent plus, du jour au lendemain, faire disparaître les souches des pièces qui lui sont très chères.
Somme toute, le développement d’une nation est tout aussi assujetti à une parfaite identification des populations qui la composent. Ainsi, dans la dynamique d’un état civil qui n’aura rien à envier à ce qui se fait de mieux ailleurs, lentement mais sûrement, les pièces du puzzle sont en train d’être réunies. Et donc, le Ravip a vécu, le Pran a suivi, le Pedec s’est ajouté. Mais, tout ceci ne servirait à rien sans la dématérialisation de l’état civil. Sur cette voie, le Bénin est largement en retard. Alors, pressons le pas.

Share:

Leave a reply