Actualités

Benin/ Chronique :Examens sans excuses !

Benin/ Chronique :

Examens sans excuses !

Angelo Dossoumou

Au Bénin, c’est arrivé il y a bien longtemps. Neuf mois de cours sans perturbation. Une année scolaire tranquille et l’horizon bien dégagé pour l’évaluation des apprenants dans les meilleures conditions. Justement, dès lundi prochain, démarre le Bepc. En attendant que les candidats des autres examens entrent en lice, ils seront pour les statistiques de l’édition 2019, exactement 205. 733 à prendre d’assaut les 287 centres de composition, répartis sur l’ensemble du territoire national. Sans surprise, l’effectif enregistre une hausse de 10,40% relativement à celui de 2018. De même, le nombre de centres de compositions a connu un renchérissement et lundi prochain s’invite avec de grands défis aux acteurs du secteur éducatif.
Déjà, à raison, nombre de Béninois seront regardants sur le taux de réussite. Car, contrairement aux précédentes années, il n’y a pas eu grève et donc, en principe, pas d’excuse pour les échecs. S’il est vrai que durant ces neuf mois de cours paisibles, la satisfaction des enseignants n’est pas totale, il faut néanmoins retenir qu’ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour espérer mieux que d’habitude. Quant aux parents d’élèves, j’imagine qu’ils ont fait leur devoir. A présent, il ne reste aux candidats, tous examens confondus, qu’à faire face à leur destin et véritablement mériter le fruit des sacrifices consentis. Autrement, ce sera du temps, de l’énergie et des ressources inutilement perdus. Alors, à eux de combler les attentes et de nous démontrer que l’environnement des cours a pesé lourd dans la balance des résultats.
Toutefois, comme c’est de coutume, au cours de cette période cruciale, les conseils et les rappels de veilles d’examens sont très importants. A propos, autant il y a des erreurs à éviter par les candidats, autant il y a de bonnes pratiques qu’ils doivent cultiver avec l’aide de leurs parents. Ainsi, pour les élèves moyens, au risque d’arriver complètement essoufflés dans les salles de compositions ou de passer à côté de l’examen, il leur faut le bon rythme pour les révisions pour ne pas dire le bon dosage entre les livres et le repos. Sur cet aspect, le suivi des parents sera nécessaire surtout que généralement, plus le jour fatidique approche, plus les apprenants ont l’impression qu’ils ne sont pas du tout au top.
Par ailleurs, sur un certain nombre d’aléas et de négligence, les parents et les autorités du secteur éducatif doivent anticiper en vue des trois jours de compositions à venir. Le premier, c’est la pluie qui peut survenir à tout moment. D’un côté, les mesures doivent être prises pour que les centres choisis soient à l’abri des inondations et de l’autre, pour que les élèves disposent d’imperméables. Le second, c’est le contrôle strict autour des repas à acheter et à consommer sur les lieux et qui, si les candidats n’y prennent garde peuvent leur causer des désagréments. Pour finir, avec le stress, l’oubli de la pièce d’identité à la maison est vite arrivé. Certes, ce ne sont que de petits détails mais, petite erreur, grande conséquence dit-on et c’est valable pour tous les candidats aux examens 2019.
En somme, afin que l’absence des grèves ait un impact réel sur les résultats et que l’école béninoise soit gagnante sur toute la ligne, chaque acteur doit, en amont, jouer sa partition. Et s’il en est vraiment ainsi, nous n’aurons aucune raison de nous attendre à des taux de réussite faméliques. Alors, bonne chance à tous !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top