Actualités

Bénin /Chronique :La Haac à la une !

Bénin /Chronique :

La Haac à la une !

Angelo Dossoumou

De nous-mêmes journalistes, nous parlons peu. Ignorant souvent nos linges sales, nos déboires et les piètres conditions d’exercice de notre métier, nous avons pris la vilaine habitude d’oublier que la charité bien ordonnée commence par soi-même. Mais puisque samedi prochain, un événement spécial, pour ne pas dire l’élection des représentants des médias à la Haac nous y oblige, attardons-nous un instant, sur le renouvellement de l’institution sensée protéger nos intérêts. Déjà, la campagne terminée, la plupart des électeurs ont eu la chance d’écouter les différents candidats et de s’imprégner de leur vision. A l’évidence, ils ont tous de belles propositions et ont fait montre d’une grande détermination à réconcilier la presse avec la Haac. Mais, il en avait été aussi ainsi avec leurs prédécesseurs conseillers élus par les hommes des médias. Pourtant, osons dire que nous les avons choisis et puis, tant pis pour le reste.
Et donc, de l’étape de promesse à la concrétisation des projets de société en vue d’impulser une nouvelle dynamique à l’organe de régulation des médias, il y a malheureusement un monde. D’ailleurs, sous représentés dans une institution politique, les trois conseillers qui sortiront samedi prochain des urnes ne seront pas en terrain conquis. Alors, à l’épreuve de la contradiction, des aléas budgétaires, administratifs et surtout partisans, ils seront confrontés. Il n’empêche qu’en dépit du scepticisme ambiant sur l’atteinte des ambitions des différents candidats, il y a un choix à faire et c’est ce samedi.
Cependant, avant d’apposer le cachet sur le logo de notre candidat, n’oublions pas que dans le lot inscrit sur le spécimen du bulletin unique, figurent des démagogues et certainement des réalistes. Ce qui suppose que nous avons encore 48H pour revisiter les programmes d’actions relatifs à la catégorie qui nous concerne avant de trancher. Tout compte fait, la 6ème mandature de la Haac appelle de notre part, un vote qui nous garantit d’abord un plaidoyer et, à la limite, un front ouvert pour la valorisation de notre carte de presse. Ensuite, il serait légitime d’attendre avec l’appui de la prochaine mandature que la spécialisation des journalistes soit renforcée, la liberté d’opinion mieux protégée et que l’environnement de travail nous éloigne de la clochardisation.
Ce qui est sûr, les défis sont nombreux et il serait prétentieux d’espérer qu’en un coup de baguette magique, tous nos problèmes trouveront solution grâce au génie d’un conseiller élu. Maintenant, entre nous, c’est le moment plus que jamais de travailler à ce que dès la 7ème mandature, la Haac revienne aux mains des professionnels des médias. Sinon, 3 conseillers d’obédience journalistique contre 6, ce n’est jamais évident.
Pour ma part, si jadis, œuvrer à ce que la configuration à la Haac change était carrément de la mer à boire, désormais avec une Assemblée nationale réformiste, c’est bien possible. Raison de plus, pour que nos prochains représentants nous donnent la preuve de leurs capacités à faire en sorte que le journaliste béninois sente que la Haac lui est indispensable et ne saurait être pour lui une menace. Autrement, nous les hommes du 4ème pouvoir, ne venons plus pleurnicher sur notre sort. Et donc, ne votons pas pour voter mais surtout pour espérer.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top