Actualités

Bénin/Chronique: Mahougnon, ministre idéal !

Bénin/Chronique:

Mahougnon, ministre idéal !

Angelo DOSSOUMOU

 

Dieu est bon, et pas comme d’autres, il est un ministre pensant et agissant. Arrivé sur la pointe des pieds à la tête du département de l’enseignement secondaire, depuis lors, Kakpo Mahougnon surprend agréablement son monde. Réformes sur réformes et rigueur à toute épreuve, le professeur de lettres s’approprie les fondamentaux de la Rupture et garde solidement le gouvernail d’un ministère qu’il maîtrise et révolutionne à sa guise. Entreprenant, dynamique et audacieux, dans tous les cas, le ministre Mahougnon ne passe pas inaperçu.

Evidemment, pour relever le défi d’être porté en triomphe à la fin de son premier mandat, c’est de ce genre de technocrate qu’a besoin le Chantre du Nouveau départ. En un mot, des ministres qui assurent et rassurent sur tous les plans. Pas des cadres amorphes, hésitants, et à la limite inexistants et inefficaces. Malheureusement, dans l’actuelle équipe gouvernementale, il n’en manque pas. Plongés dans la routine, ils brillent par leur manque d’imagination et remplissent presque inutilement la salle du Conseil des ministres. A contrario, quand on voit à l’œuvre le bien nommé Mahougnon, on ne peut qu’éprouver du plaisir d’avoir un jour à servir la République. D’ailleurs, qui passe au service de l’Etat et ne marque pas positivement son passage est tout simplement un gâchis dans la perspective du décollage socio-économique qui se paie cash.

Assurément, vu sa gouvernance au ministère de l’enseignement secondaire depuis bientôt un an, Kakpo Mahougnon n’est pas de cette race. Un zoom sur quelques-unes de ses actions, et beaucoup peuvent s’étonner de parcourir assez de mesures fortes mais très utiles. Déjà, l’histoire retiendra sa détermination à protéger les élèves filles des enseignants-rapaces et à instituer l’éducation à la sexualité dès la sixième. Sans pitié pour les directeurs des CEG ayant enregistré moins de 10% aux examens, il les a renvoyés à leurs chères études et envisage la formation des cadres capables de diriger une administration scolaire.

Tout dernièrement, et pour améliorer les performances pour le compte de la nouvelle année scolaire, il a donné aux Directeurs, Proviseurs et Inspecteurs pédagogiques délégués, leurs lettres de mission. En somme, avec le ministre Kakpo Mahougnon à l’enseignement secondaire, beaucoup d’actes ont été posés. D’ailleurs, on aurait pensé, au rythme infernal des réformes qu’il impose, qu’il est piqué par le virus de l’innovation et surtout celui de bousculer les mauvaises habitudes. Et ça, c’est à souligner et obligatoirement à copier.

D’où, sans vouloir donner la leçon à qui que ce soit, il y a des ministres qui ont intérêt à emprunter au ministre Kakpo Mahougnon ses vertus. Sinon, à tout hasard, dans le domaine de l’éducation, son collègue de l’enseignement primaire n’a jusqu’ici pas donné la plénitude de ses moyens. Alors, comme lui, ces ministres qui peinent à trouver leurs marques devront, si tant est qu’ils veulent véritablement accompagner le chef de l’Etat, se mettre au pas. Et la condition sine qua non pour se mettre à la hauteur de la tâche n’est rien d’autre qu’un peu plus d’audace, de réalisme et une vision claire et sans ambiguïté. Résultat oblige donc, ils feraient mieux de s’armer de détermination. Et comme on peut s’en douter, ce n’est jamais facile mais, ce n’est non plus impossible. D’ailleurs, si le ministre Kakpo Mahougnon arrive à séduire par son travail, eh bien, pourquoi pas tout le reste ?

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top