Non catégorisé

Bénin / Chronique : Microcrédit…Révolution mobile !

Bénin / Chronique :

Microcrédit…Révolution mobile !

Angelo Dossoumou

Un chef-d’œuvre de la finance de proximité nous est né ! Nouvelle formule, innovation et rien à voir avec un archaïsme qui ne produisait que des goulots d’étranglement. Après une hibernation salvatrice, revoici en mode digital, les microcrédits aux plus pauvres. Désormais, il a pour nom Microcrédit Mobile et les opérations d’octroi et de remboursement des prêts en temps réel, à l’abri de bien de surprises désagréables. Déjà, comme avantages du nouveau produit mis sur le marché, il faut tout de suite signaler cette dématérialisation qui laisse place à 9600 agents amovibles dotés de Terminaux de paiement électronique (Tpe). Clairement, grâce à une base centrale unique, tous les Services de finances décentralisés connectés peuvent, en toute transparence, identifier et repérer les anomalies.
Et donc, avec la judicieuse exploitation des Tic pour des microcrédits sans discrimination, c’est le glas des clients multiples ou surendettés que la Rupture vient de sonner. Mais, pour y arriver, il a fallu, au préalable, évaluer un système de finance des populations à la base, au bord du gouffre. Puis, se donner le temps de la réflexion pour être véritablement en phase avec les exigences techniques qui garantissent une réduction drastique des impayés. Sinon, à quoi bon parler de microcrédits aux plus pauvres, si ce n’est que pour en faire profiter quelques filous qui, après coup, se volatilisent dans la nature ? Si ça devait continuer ainsi, ce ne serait que jeter l’argent du contribuable par la fenêtre et prendre le risque de fermer baraque, plus tôt que prévu. Et s’il en avait vraiment été ainsi, l’histoire devrait interpeller ceux du Nouveau départ qui ont juré de faire les choses autrement. Heureusement que, dans l’intérêt du peuple, ils savent jusqu’ici faire la part des choses et c’est l’essentiel.
Cependant, même si les Microcrédits mobiles ont le don d’éviter à l’Etat et aux potentiels bénéficiaires, les turpitudes du passé, il y a lieu d’avoir quelques appréhensions quant à une mise en œuvre sans anicroches. Car, quoiqu’on dise, la population cible est majoritairement analphabète et de la paperasse au digital, il y a quelque part, des coachings qui s’imposent. En dehors de ce besoin qui se fera impérativement sentir sur le terrain, je suis certain que par endroits, les agents marchands porteurs de Tpe devront composer avec le défaut d’énergie électrique. Maintenant, il m’est revenu que l’autre critère qui n’agrée pas tous les pauvres en quête du nouveau produit des Systèmes de finances décentralisés, c’est la détention du récépissé ‘‘Ravip’’. Certains l’ont déjà perdu et d’autres regrettent qu’ils ne soient pas dans cette base de données numériques.
Tout compte fait, la modernité ne saurait attendre les canards boiteux. Ce qui est certain, à l’ère du numérique et du Micro crédit qui se veut très mobile, il y a des possibilités qui s’offrent et des poches de fraudes qui se referment. En plus, il y a tout un attelage pour que, dès que possible, même dans le dernier recoin du Bénin, la lumière et le savoir soient. Enfin, c’est heureux de constater, avant que les Estoniens ne donnent une nouvelle dimension à la dématérialisation de l’administration, qu’une ambition dans la gouvernance de l’Etat prend corps. Assurément, elle grandira et, pour le bonheur de tous, sortira le pays des sentiers battus. Et pour cette finalité, il n’y a que des prouesses à multiplier. Pas des verbiages, rien d’autres que du concret !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top