Actualités

Bénin/Chronique :Relève…L’autre chantier !

Bénin/Chronique :

Relève…L’autre chantier !

Angelo DOSSOUMOU

 

 

Fin de parcours, fin d’une belle aventure et place au bilan de la participation des Ecureuils à la Can en Egypte pour des perspectives plus heureuses. Déjà, et tous les Béninois sont d’avis avec moi qu’en cinq matchs joués contre des adversaires prestigieux, nos ambassadeurs ont tiré leur épingle du jeu. Sortis de la compétition par les Lions de la Teranga, ils rentreront au bercail dès que possible, la tête haute. Fiers du devoir accompli, ils nous auront démontré qu’ils sont désormais capables de rivaliser avec les plus grands. D’ailleurs, si avant la belle épopée égyptienne, le petit poucet n’inspirait aucune crainte, à l’avenir, les adversaires et les observateurs en parleront avec tout le respect qu’il mérite.

D’ailleurs, parlant de l’après Can, sauf erreur de ma part, les perspectives sont bonnes. Ainsi, comme actifs, il y a le staff technique qui a fait montre d’un travail de qualité et l’équipe qui a prouvé qu’elle dispose d’un noyau solide. Cependant, avec le poids de l’âge, il n’est aucun doute que nos trentenaires, malgré leur expérience, ont leur avenir derrière eux. Entre autres, avant les prochaines compétitions, il urge d’anticiper sur les retraites de Stéphane Sessegnon, de Michaël Poté et de Khaled Adénon. Indubitablement, ils ne feront plus long feu en équipe nationale alors que, sur les court et moyen termes, Michel Dussuyer aura toujours besoin d’un bon effectif pour faire face aux prochains défis. De plus, le Bénin était à la Can sans un véritable latéral droit d’envergure et de prédilection. Et donc, il a fallu colmater les brèches avec tantôt les dépanneurs Séïdou Barazé ou Mama Séibou. C’est dire qu’il y a vraiment du boulot qui nous attend.

A propos, pour aider nos Ecureuils à élever leur niveau de jeu aux prochaines occasions, le premier chantier à attaquer est d’abord celui de la compétitivité de notre championnat. Si les débuts sont prometteurs avec Mathurin de Chacus aux commandes de la Fbf, l’occasion est belle pour qu’au retour de la Can, un peu plus d’accent soit mis sur le financement des clubs et les installations sportives. En somme, pour le football béninois, l’heure est plus que jamais au professionnalisme. Heureusement que jusqu’ici, l’axe Fbf-Ministère des sports se porte bien et que les enjeux d’une bonne figuration aux compétitions internationales seront dorénavant pour nos dirigeants, des sources de motivation à faire les choses dans les règles de l’art et à investir dans le bon sens.

Ce faisant, loin de l’euphorie d’une participation réussie à la Can en Egypte, les amoureux du cuir rond sont en droit d’avoir de l’appétit et d’espérer qu’il en soit aussi ainsi pour nos clubs au niveau continental et surtout pour nos équipes nationales de catégorie d’âge. A coup sûr, l’avenir et l’ascension vers le toit de l’Afrique et pourquoi pas du monde passent par là. Et quand on sait d’où nous sommes partis et ce qu’il nous reste à faire, l’essentiel, c’est de faire les bonnes options et de ne pas se louper.

Au finish, en un an de réorganisation de notre football, des échelons ont été gravis. Avec plus de temps, de méthode et d’ambition pour le sport roi, il n’y a aucune raison que, de plus en plus, le Bénin ne soit pas cité en exemple. Au fond, seul le travail paie. Ceci dit, à la Can Cameroun 2021, il y a un palier à franchir. Et pour ça, redoublons tout simplement d’ardeur. Mais avant, merci et merci à nos braves Ecureuils.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top