Actualités

Benin/ Crash d’hélicoptère à Djougou Le BEA fait de troublantes révélations sur l’accident

Benin/ Crash d’hélicoptère à Djougou

Le BEA fait de troublantes révélations sur l’accident

le Bureau Enquête et Accident (BEA) a présenté le rapport d’étape de l’accident de l’hélicoptère survenu le 26 décembre 2015 au stade Atchoucouma de Djougou dans le département de la Donga. A travers une conférence de presse animée ce 28 décembre 2018, la structure sous tutelle du ministère des Infrastructures et des Transports a fait quelques clarifications sur le sujet. On retient des explications données par les membres du BEA qu’une désorientation spatiale est probablement la cause de la chute de l’appareil au bord duquel voyageait le premier ministre Lionel Zinsou.

V.Maroine

Conformément aux réglementations de l’OACI, il est demandé que des enquêtes soient menées afin d’informer l’opinion nationale et internationale sur les causes de cet accident. Où est-ce qu’on en est ? C’est pour répondre à cette question que le Bureau Enquête et Accident sous tutelle du ministère des Infrastructures et des Transports a tenu une conférence de presse afin de présenter un rapport d’étape.

En effet, il était question de renseigner la communauté nationale et internationale sur le travail qui se fait et le niveau d’avancement des investigations.
Tout en mettant l’accent sur l’importance de l’enquête, Paul Gongo, coordonnateur du BEA a révélé qu’une désorientation spatiale est probablement à l’origine de la chute de l’hélicoptère. Dans cette logique, il va balayer du revers de la main, les probabilités selon lesquelles un mauvais temps, un état défectueux de l’aéronef, un surpoids ou encore un manque d’expérience du pilote seraient la cause de cet accident. « Cet aéronef était dans un bon état. Les prévisions de la météo montraient qu’il n’avait aucun danger. Aussi, le pilote comptabilisait 8400 heures de vol au moment des faits », a fait savoir le directeur lors de son exposé.

De façon claire, on retient que le pilote détenait le brevet et la licence requis pour entreprendre un volet et l’aéronef possède un certificat de navigabilité en état de validité. Mieux, au moment de l’impact au sol, les moteurs de l’hélicoptère étaient à pleine puissance et aucune preuve de problème technique n’a pu provoquer cet accident. Dans la même logique, les conditions météorologiques n’ont pas eu d’incidence sur la performance de l’aéronef et aucun signe d’incapacité d’origine médicale chez le pilote n’a été établi. Toutefois, il va révéler que l’analyse de l’enregistrement combiné et de la carte mémoire indiquent un arrêt de fonctionnement le jour précédant le vol de l’évènement.

A l’issue de la présentation du rapport d’étape, le Directeur Adjoint de Cabinet du ministère des Transports, Abdoulaye Nabile a félicité le BEA pour le travail abattu. Il a par ailleurs invité les uns et les autres à poursuivre dans les règles de l’art les investigations aux fins d’éviter d’autres accidents.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top