Afrique

Bénin/Législatives 2019 : L’opposition en lambeaux, refuse d’assumer le scandale Icc Services. 

Bénin/Législatives 2019 :

L’opposition en lambeaux, refuse d’assumer le scandale Icc Services.

Josiane Bonou.

Dans quelques semaines, les électeurs béninois seront aux urnes pour renouveler le parlement. Le calendrier électoral de la commission  électorale nationale  autonome,  annonce les grandes tendances, 48  heures après le scrutin. Les sondages et analyses vont bon train, et toutes les simulations laissent entrevoir  une grande victoire de la majorité présidentielle unie,  avec un programme cohérent, sur une opposition prise au piège de ses propres erreurs, et des frasques de ses leaders.

« Le procès Icc services qui s’est ouvert à Cotonou  à la mi décembre 2018, a désorganisé la stratégie de l’opposition »  avoue un journaliste proche de l’opposition. La plupart des leaders avaient, selon certaines informations, prévus une campagne contre Patrice Talon. Mais au fur et à mesure que l’on avance, les arguments plaident en faveur de l’équipe dirigeante, qui depuis un moment est rentrée dans la phase de concrétisation de ses grands travaux.

Le Talon bashing annoncé, a laissé place ces   trois dernières semaines,   aux  déclarations fracassantes des témoins de la rocambolesque affaire de placement d’argent. Les dérapages et dysfonctionnements du régime Yayi, ont été dévoilés, et l’horreur s’est emparée aujourd’hui du peuple béninois qui  découvre la vraie face de l’ancien Chef d’Etat aujourd’hui leader de l’opposition béninoise. Il est en effet soupçonné d’avoir laissé faire Icc Services.

L’USL de Sébastien Ajavon, Restaurer L’Espoir de  Candide Azannai et la poignée de partisans de Nicéphore Soglo, refusent d’endosser la responsabilité de l’Affaire Icc Services. Les  partis politiques affiliés à l’opposition, n’évoquent pas le sujet au cours de leurs  différents meetings, mais donnent leurs avis en privé. Une source proche de l’opposition a confirmé, que les leaders espèrent, que passe vite cette tempête. « L’affaire risque de resurgir au cours de la campagne électorale,  alors les autres partis ont décidé de faire profil bas, avec une stratégie ; ne jamais aborder le sujet », nous a révélé notre source.

Mais contre toute attente, c’est encore Boni Yayi qui vient en pompier. L’ancien chef d’Etat en quête de victimisation, est obligé de parcourir l’ensemble du pays pour tester sa popularité. Il ne rate aucune occasion et sa dernière descente au stade Mathieu Kérékou, laisse voir le malaise de l’opposition face à un personnage impulsif qui adore le populisme.

Dans l’entourage des leaders de l’opposition  , les sorties hasardeuses de Boni Yayi  agacent, même si beaucoup arrivent à reconnaître que c’est le seul moyen pour saturer l’espace médiatique afin de reléguer au second plan, les errances du régime de la refondation pendant  10 ans. Un débat complètement relancé avec la présence de Boni Yayi cité au cœur du scandale.

Le procès Icc Service est  un véritable problème pour l’opposition. Déjà embourbée dans l’épineuse question des positionnements, elle peine à se justifier et à commenter le verdict rendu par la CRIET. Tout semble montrer que l’opposition béninoise aujourd’hui, ne repose pas sur des valeurs ou une idéologie claire. Elle a comme sous bassement, la guerre aveugle à Patrice Talon. La plupart des acteurs n’ont pas un programme pour le peuple béninois, mais ont un problème personnel avec le Chef de l’Etat actuel qui jure enrayer la corruption au Bénin.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top